Marchables, les villes françaises ? Pas assez

Donner la parole aux piétons pour évaluer la « marchabilité » de leur ville, c’est ce qu’a proposé le collectif « Place aux piétons » avec son questionnaire en ligne disponible de décembre 2020 à mars 2021. Les résultats de ce premier baromètre sont intéressants à analyser notamment pour les collectivités locales.

Piétons

Plus de 40 000 réponses ont été recueillies, axées sur le ressenti des piétons et sur les améliorations à envisager en milieu urbain. Elles regroupent une diversité de pratiques de la marche : piétons du quotidien ; piétons vulnérables comme les enfants, les personnes âgées ou les personnes à mobilité réduite ; randonneurs.

Globalement, il apparaît que les villes ne sont pas suffisamment marchables : les répondants au questionnaire pointent partout des faiblesses, notamment concernant l’accessibilité ou la protection du piéton. Alors même que la marche est la première des mobilités actives, écologique, saine et sans danger pour les autres usagers !

Ils relèvent notamment « le manque d’intérêt porté par la ville aux piétons », 71% d’entre eux souhaitant des actions de promotion de la marche en ville. Ils aimeraient aussi davantage de confort : moins de véhicules stationnés sur les espaces piétonniers, moins d’obstacles sur leurs itinéraires (poteaux, étalages…), des bancs pour se reposer… Les conflits avec les usagers motorisés sont jugés trop nombreux. Et même, pour une majorité de répondants, les aménagements cyclables constituent un facteur d’insécurité.

Des enjeux qui étaient au cœur des Assises nationales de la marche en ville dont la première édition vient de se tenir à Marseille.

Ce baromètre des villes marchables est prévu pour être reconduit tous les deux ans.

Pour en savoir plus :